Synthèse mal-logement en Europe (par la fondation Abbé Pierre)

Mettre fin au sans-abrisme : une stratégie

Au cours des dernières années, seuls deux pays européens ont vu le nombre de leurs habitants sans-domicile baisser,

En Finlande, une baisse de 10%de personnes seules sans-abri était décomptée en 2016 par rapport à 2013.

En Norvège, une baisse de 36% des personnes sans-abri a été observée entre 2012 (6259) et 2016 (3909), chiffres les plus bas depuis le début de la collecte de données en 1996 ( enquête nationale menée par la ville de Oslo).

Dans les deux cas, le sans-abrisme a été saisi en tant que problème de logement et de violation des droits fondamentaux, remédiable, et non comme problème social inévitable puisant ses racines dans les problématiques individuelles.Ces deux pays ont mis en place des stratégies intégrées et décentralisées, dotées d’objectifs spécifiques, mesurables, atteignables et définis dans le temps.

Il existe un consensus, au niveau des instances internationales et européennes parmi lesquelles la Rapporteure Spéciale sur le logement convenable de l’ONU, le Comité des Droits Économiques Sociaux et Culturels de l’ONU, la Commission européenne, sur le fait qu’il faille mettre en place des stratégies intégrées pour mettre un terme au sans-abrisme.

« Les pouvoirs publics à tous les niveaux devraient élaborer et mettre en œuvre des politiques, des lois et des stratégies pour prévenir et éradiquer le sans-abrisme. Tout manquement à cette obligation signifie que le sans abrisme n’a été ni reconnu ni traité comme une violation des droits de l’homme. ce qui fait défaut à tous les niveaux est une volonté commune de garantir l’exercice du droit à un logement convenable - et des droits connexes comme les droits à la vie et à la santé. »
Rapport de la rapporteure spéciale sur le logement convenable en tant qu’élément du droit un niveau de vie suffisant, ainsi que sur le droit à la non-discrimination à cet égard, Assemblée Générale des Nations-Unies, 30 Décembre 2015.

4 étapes à mettre en œuvre, de manière simultanée, sont :

Créer un plan de résultats et d’action, basé sur une bonne collecte locale des données et un processus de planification focalisé sur l’objectif d’élimination du sans-abrisme.

« Fermer la porte d’entrée », c’est à dire investir dans des mesures de préventions du sans-abrisme dans l’ensemble des services sociaux afin de leur donner d’avantage de responsabilités envers les personnes les plus vulnérables.

« Ouvrir la porte de sortie », c’est à dire reloger de manière durable et le plus rapidement possible chaque personne sans domicile- ici,

C’est le principe du Logement d’abord, housing First qui entre en jeu,le logement devant être la première étape de la réintégration, et ne pas être conditionné à la résolution de difficultés sociales individuelles ; enfin, bâtirl’infrastructure, c’est à dire inscrire l’élimination du sans-abrisme dans une lutte plus globale contre les problèmes systématiques menant à l’extrême pauvreté, en produisant des logements abordables, en assurant des revenus suffisants pour mener une vie décente et en développant des services adaptés aux besoins.

Afin d’évaluer la mise en œuvre, identification de 4 facteurs indispensables pour la mise en œuvre réussie d’un plan, l’identification d’une entité responsable de la mise en œuvre, la fourniture de résultats chiffrés, l’identification d’une source de financement, ainsi que la mise en place d’un calendrier d’exécution clair et détaillé.

En Europe, plus de la moitié des États Membres de l’Union européenne ont annoncé une stratégie de lutte contre le sans-abrisme au cours des 20 dernières années, et cela représente une réelle avancée. pour autant, une majorité de ces politiques étaient incomplètes et « non-intégrées », en raison soit de leur court-termisme, de l’absence de planification et de mise en œuvre coordonnée et pluridimensionnelle, d’un pilotage inefficient, d’un budget peu ou mal alloué, d’une méconnaissance des publics et des réalités du terrain, dune impasse sur l’évaluation... elles n’ont par conséquent pas eu les effets escomptés. Les différents chiffres montrant une augmentation et une aggravation des situations de sans-abris me partout en Europe témoignent de cet échec.

L’efficacité des stratégies de lutte contre le phénomène des sans-abri selon la Commission européenne repose notamment sur : la prévention et l’intervention précoce ; la prestation des services de qualité aux sans-abri ; le relogement rapide; la collecte systématique de données, la surveillance du phénomène et l’utilisation de définitions communes.

Source : 3ème REGARD SUR LE MAL-LOGEMENT EN EUROPE - 2018 - Fondation Abbé Pierre - Feantsa

Catégories : XVe législature

Articles similaires

XVe législature

Présidence du groupe d’amitié France Mali de l’Assemblée nationale

Je suis très fier d’avoir été nommé président du groupe d’amitié France Mali succédant à Razzy Hammady. Le Mali est un pays proche de la France, fascinant par son histoire, sa culture, les enjeux politiques Lire la suite…