Le programme d'échange universitaire Erasmus fête ses 30 ans cette année. Depuis 1987, plus de 3 millions d'étudiants sont partis un semestre ou un an dans une université européenne partenaire.
A l'heure, où le projet européen est remis en cause par certains partis politiques, retour sur l'une des plus belles réussites de l'UE.

Une initiative politique ...

L'histoire du programme Erasmus débute par une initiative politique, en 1971, lorsque les ministres de l’éducation de 9 pays dont la France décident d'une coopération concernant leur domaine d'action. Dès 1976, ils élaborent un programme d'action dont l'objectif principal est une meilleure connaissance des systèmes éducatifs en Europe. Ce plan d'action contient, entre autres, la mise en place d'un réseau transnational entre universités partenaires, nommé Joint Study Program. C'est le 20 juin 1983 que le programme Erasmus voit le jour avec la proposition d'une reconnaissance des diplômes européens, la mise en place d'aides financières pour les étudiants souhaitant étudier dans une université partenaire et la simplification des démarches administratives.

… irréaliste …

Cependant, le projet n'est pas encore adopté et est même bloqué jusqu'à l'arrivée de Jacques Delors à la tête de la Commission Européenne. Jacques Delors, pro-européen, souhaite alors que 10% des étudiants partent en Erasmus. Cet objectif paraît irréalisable à l'époque puisque le conseil des ministres rejette le projet par trois fois. En fait, la plus grande difficulté n'est pas de faire partir des étudiants à l'étranger mais de s'accorder entre États membres sur des diplômes équivalents et sur la durée des études. En effet, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ne voulaient pas que l'UE exerce un quelconque contrôle sur le « domaine réservé » de l’éducation. Ce n'est qu'au bout d'un 4ème vote, le 15 juin 1987, que le programme Erasmus est adopté par la Commission Européenne, suivi par la mise en place du système LMD (Licence-Master-Doctorat) en Europe et la création des ECTS (European Credit Transfer and Accumulation System).

… sans l'action des citoyens européens

Mais comme toute réussite politique, le programme Erasmus a aussi été appuyé par une initiative citoyenne. Indéniablement, l'action des étudiants européens au travers de l'Association des États Généraux de l'Europe (AEGEE) a été déterminante. Ils ont réussi à convaincre les différents dirigeants européens via de nombreux entretiens bilatéraux et des réunions d'informations.

En 2014, Erasmus devient Erasmus +. Aujourd'hui, le programme ne concerne plus seulement les étudiants mais aussi les apprentis, professeurs, demandeurs d'emploi et jeunes actifs. Chacun peut respectivement aller faire un stage, enseigner ou travailler dans un pays européen tout en étant subventionné par des aides de l'UE.

Tous domaines confondus, près de 5 millions d'européens ont déjà profité du programme.

28 juin 2017 : Hémicycle - Séance publique, nomination du bureau et des questeurs

Version HD 47x82cm disponible

Pourquoi Erasmus ?

L'acronyme ERASMUS (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students) s'inspire du nom du philosophe et humaniste de la Renaissance Erasme. Ce dernier est aussi célèbre pour ses œuvres telles que l'Éloge de la Folie que pour ses voyages à travers l'Europe. Passionné par notre continent, il habite et travaille dans de nombreux pays Européens dont l'Allemagne, la France, l'Italie, la Belgique. Puis, il s'inspire de ces séjours et rencontres pour enrichir ses écrits. Son histoire fait donc de lui le meilleur ambassadeur du programme Erasmus.

Catégories : Divers

1 Comment

MICHELE Ledroit · 2 novembre 2017 à 16 h 53 min

Pauline merci pour cette mise au point. La mise en place d’erasmus est la preuve vivante des difficultés à convaincre de l’importance de la culture partagée.

Les commentaires sont fermés.

Articles similaires

Divers

Lettre aux hommes

Je voudrais dire que toutes nous avons connu des réflexions déplacées, des insultes,des mains qui se perdent, des regards qui rendent mal à l’aise et ce ne sont en rien des maladresses de votre part. Lire la suite…